Hommage à  Sœur Marie Jo.

En ce jour du 20 janvier, à  la « maison des soeurs», il y a du mouvement. En effet, avec la famille de Miloud, nous célébrons l’anniversaire de la mort de Sœur Marie Jo.

Les femmes préparent le couscous pendant que Miloud et frère Xéma conduisent la prière. Après une petite présentation de notre présence ici pour sœur Marie Jo, le frère démarre la prière chrétienne: une lecture dans le livre de la Sagesse suivie du «  Notre Père». Puis Miloud conduit la prière en arabe, il parle de Marie Jo et un dialogue s’ouvre avec certaines sur l’action de la sœur. Enfin la « Fatiha» est dite.

Les tables sont dressées et le couscous servi. Il est très apprécié de tous. Plus de 80 personnes sont passées. Voici quelques mots retenus au sujet de Marie Jo :

« Marie Jo a travaillé longtemps ici comme infirmière. Mais elle s’est donnée à  fond à  tout le monde. Aller veiller les malades la nuit dans les maisons. Dépassant son «  métier d’infirmière», elle a fait la cuisine et lavé le linge d’un voisin très pauvre. Elle écoutait, cela a aidé aux guérisons des malades. Elle était une femme comme on n’en voit plus. Elle nous aimait et nous aussi. Elle ne faisait pas de différence entre les personnes. Elle était là  pour tout le monde. Une femme incroyable, exceptionnelle. Que Dieu ait son âme. Que Dieu la garde.»

En partant des personnes ont présenté leurs condoléances.

Deux photos de Sr Marie Jo sont encadrées dans la salle rénovée du dispensaire, salle qui recevra les enfants du quartier pour des activités de loisirs.

Nous disons merci à  Marie Jo d’avoir permis cette belle rencontre.

Fr Jean Louis BOSLAND

* * *

« Annoncer La Bonne Nouvelle Aux Pauvres»

Je pense que cette  Parole a marqué le coeur et guidé  la vie de sœur Marie Jo, elle qui a cherché Dieu, elle l’a trouvé, l’a reconnu dans les pauvres, les petits, les membres souffrants du Christ. Elle a consacré toute son existence pour « Venir en aide à  l’humanité souffrante, compatir, prendre soin, soulager, dans un esprit de charité, humilité, simplicité». A la manière de beaucoup de sœurs de Bon Secours, elle a incarné le dévouement, la foi agissante, oui, sa charité apostolique a manifesté l’action du Christ dans le monde (Constitution 6) là  où elle a été envoyée, et dans les trois années vécues ensemble à  Sézanne, j’ai été témoin heureux de cette présence aimante.

Femme de foi, forte et intrépide.

Vocation  dans la Vocation, Sr Marie Jo a eu la capacité et l’audace de vivre la mission lointaine, 45 ans de sa vie en Algérie. Cette mission l’a amenée à  vivre ce service au milieu d’un monde dont la culture, la langue et les modes de vie étaient bien différents de la sienne. Patiemment elle a appris à  communiquer en arabe, sa prédilection pour les pauvres a fortifié son désir d’aller à  la rencontre de tous. Elle a connu la décolonisation de l’Algérie, qui lui a demandé une adaptation, elle l’a assumée et vécue avec sérénité. Elle a multiplié les gestes d’amitié, d’accueil, d’écoute, de réconfort, de soutien. Marie Jo, dans sa vie donnée, pour vivre dans la proximité des personnes  a appris à  les aimer comme ils étaient et s’est laissée imprégner des recommandations de l’apôtre Paul : « Etre tout à  tous» et « l’amour supporte tout, fait confiance en tout, espère tout, il endure tout».

Voici un passage de la lettre du frère Jean Louis vivant en Algérie, reçue le jour des obsèques.

« Je suis ému de la nouvelle de la mort de Sr Marie Jo. J’ai averti tous les amis et Miloud de dire « Soeur Marie Jo est ma deuxième maman. Nous venons de Mostaganem vous dire que, chez  Dieu, vous penserez à  nous. Nous vous disons merci pour tout ce que vous avez fait chez nous avec vos sœurs. Vous êtes dans notre cœur. Dieu vous accueille comme vous nous avez accueillis chez vous. Myriam aussi est près de vous».

Dans sa vie, Sr Marie Jo n’a pas été épargnée par les épreuves. Dans son jeune âge, sa maman meurt. Les déceptions, les découragements, la souffrance n’ont pas manqué. Mais sa foi dans le Christ Jésus était forte et solide, elle lui a ouvert les portes de la vie dans la joie et l’espérance.

Nous continuons à  rendre grâce à  notre Créateur et Seigneur pour cette belle et longue vie religieuse et ses 74 ans de vœux.

Sr Nadine TENACE

Hommage à  un témoin de l’AMOUR POUR LES PETITS et image d’ALLAH MISERICORDIEUX.

Le 5 janvier, notre chère sœur Marie Joseph nous a quittés pour son face à  face avec Dieu. Je peux vous dire que la Congrégation a perdu une belle figure de sœur de Bon Secours.

Elle s’est donnée sans compter au peuple algérien. J’ai collaboré avec elle à  Mostaganem 3 ans de1970 à  1973.

Cela m’a suffi pour me rendre compte de son zèle, de sa simplicité et de son dévouement sans aucune recherche d’elle-même. Parfois, elle dépassait la ligne rouge  et comme réponse  à  nos réflexions, sa réaction était : ”Et voilà  tout ! »

Oui, sœur Marie Jo nous laisse un très bon souvenir. Je vous avoue que j’ai eu beaucoup de peine à  l’annonce de son décès. Elle avait l’âge, me direz-vous, mais pour moi j’ai pensé à  ce qu’elle était comme sœur de Bon Secours dans sa mission envers les pauvres.

Je vous livre aussi le témoignage d’une personne qui collaborait avec nous. En lui annonçant le décès de notre sœur, il m’a répondu : «Marie Jo n’est pas morte, elle vit dans plusieurs mémoires et surtout en milieu algérien où¹ elle a été une image d’Allah miséricordieux et d’amour pour les plus petits».

De là-haut, elle continue de prier pour les pauvres et les petits.

Sr Elvire FELICI