Notre Dame de Bon Secours

L'étranger, ce frère qui dérange | Notre Dame de Bon Secours

Notre spiritualité

L'étranger, ce frère qui dérange
Retour

L'étranger, ce frère qui dérange

L'étranger, ce frère qui dérange

Un frère qui dérange, cela revient assez souvent  dans les médias, parfois dans les  conversations, elles nous  laissent  mal à l’aise car pour nous chrétiens. L’étranger est ou devrait être un frère à accueillir. 

L’accueil de l’Etranger : qualité de notre humanité et exigence Evangélique.

Ensemble nous avons à prendre conscience que l’accueil de l’étranger dans une société est un signe de la qualité de notre humanité. Son enjeu est une vision de l’homme.

Le droit universel de tout homme est de vivre dans son pays, dans sa propre patrie. S’il ne le peut, pour des raisons politiques, économiques ou autres, il a le droit de demander asile dans un autre pays. (cf. Déclaration des droits de l‘Homme de 1945)

Il y a déjà  quelques années, l’épiscopat français a publié un important document de travail sur l’immigration : « Quand l’étranger frappe à nos portes. » Ce document fait  référence encore  aujourd’hui  au-delà de l’Eglise catholique. A sa manière, ce dossier souhaite prolonger la réflexion et  peut aider chacun personnellement et en communauté chrétienne à trouver la manière la plus juste de porter ce souci évangélique.

L’Accueil de l’Etranger : appels.

Cela nous appelleà  transformer nos forteresses en centre d’accueil, à  être acteur   de transformation dans la société, à donner un message d’Espérance : la vie a toujours le dernier mot, à reconsidérer notre vécu fraternel.

La rencontre concrète est irremplaçable, c’est à cela que chacune de nous est appelée. Elle est ECOLE  de solidarité, d’humilité, d’ingéniosité, de charité, d’amour.  

L’Etranger : oser en parler.

L’étranger nous dérange, c’est  complexe. Pour cela, c’est bon d’en parler, de partager nos questions, et savoir découvrir ce que les autres, nous apportent et comment cela nous aide et nous transforme. Et surtout croire que dans ce vécu, dans ce cheminer avec, nous sommes au cœur de l’Evangile. « J’étais étranger et vous m’avez accueilli. » Mt 25 

Oser rendre compte  de l’Espérance

Si  « être du Bon Secours » était aussi  cela : contribuer à rendre un visage plus humain à notre monde, oser la rencontre et oser rendre compte de  l’Espérance qui nous habite.

« De l’argent et de l’or, je n’en ai pas, mais ce que j’ai, je te le donne au nom de Jésus-Christ, le Nazaréen, marche.  » Ac 3,6

Sr Nadine TENACE 


Vous aimerez aussi...