Notre Dame de Bon Secours

Vitry le François | Notre Dame de Bon Secours

Mission

Vitry le François
Retour

Vitry le François

Vitry le François

« Ça tient bon pour le jour de Noël ? » 

Nous attendions ce jour depuis longtemps.

Déjà en 2016 nous avions invité Françoise (une voisine qui est seule) à venir partager notre table le jour de Noël. Mais elle avait décliné notre invitation.

Cette année, elle dit oui ! 10 jours avant elle m’appelle me disant : « Ça tient bon pour le jour de Noël ? » Et je lui répondis que oui. Elle ajouta alors : « Oui, si je peux apporter quelques choses. » On s’est mis d'accord pour qu’elle vienne avec le désert.

Le jour J tout est prêt, une table bien dressée, les petits plats dans les grands et surtout la joie dans les cœurs. Françoise nous guette au retour de la messe et dix minutes après elle sonne chez nous, chargée de desserts, d’un paneton et d’une petite bouteille de champagne.

Le repas fut un bon moment d'échanges, de partage dans la joie et la bonne humeur. Au moment de la vaisselle, Françoise insiste pour participer. Elle n'est pas pressée de rentrer chez elle. Nous avons terminé la soirée avec une tisane. Elle a projeté de repasser nous voir dans la semaine.

Et le jour de l'an, on a trouvé un courrier de Françoise dans notre boite aux lettres…

« Noël, O mon frère, c'est l'Amour ! »

Sr Nora CASEY

* * *

MON EXPERIENCE A « L'AUMONERIE DE L'HOPITAL» ET AVEC LE « SERVICE EVANGELIQUE DES MALADES»

Peu de temps après mon arrivée à Vitry, j'ai été contacté par l'Aumônier de l'hôpital pour faire partie de l'équipe des bénévoles. Ceci suppose des visites une fois par semaine, la participation aux réunions de l'équipe et dans la mesure du possible la participation à la messe une fois par mois à la Maison de retraite de l'hôpital. Pour ce qui est du Service évangélique des malades, la demande est venue suite au départ de Vitry des Sœurs de Jésus Miséricorde. Je vous partage simplement quelques faits vécus avec les unes et les autres et qui me comblent de joie ; 

Dans un 1er temps je visitais l'unité d'Alzheimer de l'hôpital. En arrivant, je vois du monde autour d'une table. Je dis « simplement à un homme que je pensais être de la famille de l'un ou de l'autre : « Vous êtes de la famille ? » Il me répond : «  Non, je viens voir ce monsieur depuis trois ans mais il ne me reconnaît pas. » Aussitôt, à la grande surprise générale, le malade me regarde et dit «  C'est André. » Un moment d'émotion pour le visiteur ! 

Dans la suite on m'a confié le service « Soins de suite » : c'est surtout pour des personnes en convalescence. Voici quelques pépites de nos échanges ; 

Comme à l'habitude, j'arrive dans le service le vendredi après-midi. Le premier visité, c'est un homme qui n'a pas envie de discuter. Alors je me tourne vers son voisin de chambre pour engager la conversion. En les quittant, le premier me dit « Vous direz bonjour au Bon Dieu pour moi. » 

Emiliana me dit : « Vous savez, je suis bien malade et je suis contente de votre visite, je désire me confesser, recevoir le Sacrement des Malades et communier. » Je préviens alors le prêtre. Une grande paix s’installe chez cette dame qui est décédée un mois après. 

Une autre me dit «  Asseyez-vous, je veux vous parler. Voilà pourquoi je suis ici : c'est à cause de l'alcool. » Et de me raconter tout ce qu'elle essaie de faire pour s'en sortir. 

J'arrive un jour sur le parking de l'hôpital pour stationner. Une personne se gare à côté de moi, on descend chacune de sa voiture et on se dit bonjour sans se connaître. Elle me regarde et me dit « Vous portez la communion aux malades ? Ma mère est hospitalisée, nous habitons à 14Kms de Vitry et on ne sait pas à qui s'adresser. » Je contacte alors Michel qui assure les visites dans ce service. Joie immense pour tous. 

Un jour, un aide-soignant me dit « Vous cherchez quelqu'un ? Je lui dis : «  Je cherche les personnes qui veulent participer à la messe. » «  Il y a une dame que je prépare, je l'emmènerais. » A son arrivée dans la salle où est célébrée l'Eucharistie, il me dit : « Vous prierez pour moi, je ne suis pas chrétien, je suis Juif Polonais. » 

Après la messe, nous goûtons avec les résidents de la  maison de retraite en compagnie de l'animatrice, celle-ci nous pose des questions car au sein de la paroisse il y a eu un changement de prêtre et ce ne sera pas le même la prochaine fois. Voici ses questions : « Où il va ? Pourquoi il part, Qui lui demande de partir ? » Un moment riche pour chacun. 

« Service Evangélique des Malades » 

La fréquence est selon les désirs, les besoins de chacune, c'est toujours un moment fort de foi et de partage. Voici quelques confidences recueillies ; 

« Me voilà fort pour la semaine. »

« Le Seigneur ne me laisse jamais seule. » 

A une qui me disait « Vous êtes bonne » je réponds : «  Il n'y a qu'un seul qui est bon, c'est Dieu. » Elle me réplique : « Mais il nous aide à devenir bons ! » Cette dame termine toujours la prière en disant « Que Dieu nous bénisse et nous fasse grandir en son amour » 

Suzanne à qui je porte la communion tous les vendredis vient de perdre son seul frère. Elle m'accueille en me disant : « J'avais hâte que vous arriviez car j'ai besoin de vous parler de la mort de mon frère. » Suzanne a 90 ans. Au cours de nos échanges elle me dit : « Quand vient le soir, je fais le bilan de ma journée et si j'ai un différend  avec quelqu'un, je prie pour lui. » 

Je suis émerveillée devant la vie de toutes ces personnes, leur foi, leur confiance même au plan humain. Je les porte dans ma prière personnelle et très souvent je les partage en communauté.

Sr Nora CASEY

* * *

LA LUMIERE DE BETHLEEM. 

Le dimanche 18 décembre, nous étions conviés à L’église à 16 h pour accueillir la Lumière de Bethléem et l’illumination de la Collégiale.  Des lumignons étaient disposés partout dans l’Eglise où il y avait une place.  Des personnes disponibles étaient invitées à se rendre, avant 16 h à L’église pour les allumer (en allumer autant prend du temps !)

Ce fut un temps de prières, de chants et de scénettes jouées par les enfants du caté. Ils étaient nombreux venus assister à cette célébration, même des non habitués aux célébrations du dimanche. 

A la fin de la célébration, les scouts distribuaient une lumière à chaque  participant, la nôtre a brulé toute la nuit.

En communauté nous avons décidé de faire des « flyers » pour inscrire les noms des personnes avec qui nous voulions être en communion pendant ces fêtes. Si  des noms n’étaient pas connus de toutes, nous y ajoutions leur adresse. Ça nous a permis de voyager à travers la France et même au bout du monde. C’est avec ces « Flyers »  que nous avons décoré notre sapin. Ça nous a ouvert le cœur et aussi notre prière.

Sr Nora CASEY 

* * *

La visée de l’Église diocésaine est d’approfondir le sens de la fraternité chrétienne, de faire des communautés des lieux de fraternité, de participer ainsi à la réalisation d’une société fraternelle.

La communauté fait sienne cette orientation missionnaire en étant une présence aimante et compatissante aux familles, en particulier aux milieux défavorisés.

Les sœurs sont présentes dans les diverses activités sanitaires et sociales, confessionnelles ou non : service évangélique des personnes âgées à la maison de retraite et visites des malades à l’hôpital en remplacement des bénévoles absents, participation aux rencontres et aux sorties de la Fraternité des malades, présence à l’épicerie sociale située dans un quartier très défavorisé de la ville qui accueille un public en grande difficulté dans tous les domaines de la vie, participation aux collectes annuelles de la banque alimentaire et aux brocantes du secours catholique ainsi qu’aux assemblées générales, présence dans l’équipe "accompagnement" des diacres du diocèse, coordination des activités de l’A.C.E., catéchisme, avec une équipe déjà sur place, présence dans certains quartiers difficiles pour une écoute, échange ayant comme support des activités culturelles et manuelles.

Site du diocèse : www.catholique-chalons-en-champagne.cef.fr


Vous aimerez aussi...