Notre Dame de Bon Secours

Sr Christine | Notre Dame de Bon Secours

Devenir une soeur du BS

Sr Christine
Retour

Sr Christine

Sr Christine

Enfin j’ai un toit !!!

Souvent ma rencontre avec la famille est animée par ce cri de joie.

Les familles nous sont orientées par une institution qui gère l’hébergement urgent. Cela veut dire que ces familles vivaient dans des hôtels sociaux qui ne respectent ni les compositions familiales (le nombre et le sexe), ni l’insertion scolaire ou professionnelle des familles. D’autant plus que le séjour n’est renouvelé que pour un jour, la semaine ou avec beaucoup de chance pour 6 mois. Les familles sont obligées de passer leur temps, accrochées au téléphone afin d’avoir un interlocuteur pour valider le renouvellement des nuits dans ces hôtels. Ce qui oblige ces familles à se déplacer avec leurs maigres valises et les enfants souvent en bas âge à la recherche d’hôtels.

Je ne peux imaginer le parcours de chacune des familles. Il m’est essentiel de les écouter à chaque fois que cela se présente dans les entretiens. C’est aussi une manière de pouvoir mesurer leurs capacités à se tirer d’affaire dans les démarches administratives. Bien que le problème de logement touche tout le monde, les familles étrangères sont beaucoup plus exposées et fragiles. Leurs méconnaissances, leurs difficultés à comprendre les complexités de l’administration française, l’absence de relais ou de soutiens familiaux en sont les principales causes. Cependant, je suis aussi témoin d’expressions de solidarité dans des différentes communautés qui dépannent en urgence mais qui ne peuvent malheureusement pas apporter une aide dans la durée car elles-mêmes vivent souvent dans la précarité.

J’accompagne les familles depuis un an et demi dans des démarches de relogement définitif dans un logement social. Elles sont donc accueillies dans des habitats que notre association loue auprès de propriétaires privés. Pour beaucoup de familles, il est nécessaire de réapprendre la gestion d’un logement. Cela concerne l’aménagement, la gestion de budget pour pouvoir régler toutes les factures ainsi que le loyer. Car le séjour à l’hôtel pour ces familles est souvent gratuit.

La visite à domicile est l’outil principal de ma mission. Je rencontre la famille dans un milieu qu’elle s’approprie sans pouvoir vraiment s’y installer du fait qu’elle signe un contrat d’un an et demi, leur logement est donc considéré provisoire.

Enfin j’ai ma maison !!!

Souvent ce cri de joie met fin à mon cheminement avec la famille. Il est vrai que l’accès à un logement social est un nouveau commencement dans la vie des familles.

Mon humble prière continue de les accompagner comme elle avait débuté à la première rencontre avec chacune d’elles.

Sr Christine JUN 


Vous aimerez aussi...