Notre Dame de Bon Secours

"Les béatitudes et le combat spirituel"- Session de congrégation | Notre Dame de Bon Secours

  • -
  • -
  • "Les béatitudes et le combat spirituel"- Session de congrégation

Actu / Infos

Retour

"Les béatitudes et le combat spirituel"- Session de congrégation

« LES BEATITUDES ET LE COMBAT SPIRITUEL POUR DEMEURER DANS L’AMOUR. »

Le jeudi 8 Septembre, il y avait foule à la Maison Mère. Les sœurs du Bon Secours accouraient  pour la session prévue durant ces trois jours. Nous étions nombreuses puisque nous atteignions 40 sœurs. Chacune des communautés du Bon secours a été représentée par une ou deux sœurs et la Corée par deux de nos communautés dont celle nouvellement implantée. C'est autour d'un repas le jeudi soir que Sr Anna Maria accueillait toutes les sessionnistes. 

Nous avons passé la journée du vendredi entre nous, après la prière des Laudes,  par l'introduction de la journée par Sr. Anna Maria puis un temps personnel pour une relecture à partir du mi-parcours du Conseil Général et des textes de Micheline Tenace notre accompagnatrice de ces journées :Quels motifs d'action de grâce,... ce qui me conforte... mes questions, mes désirs et souhaits ? Nous nous sommes retrouvées en groupes désignés afin de partager cette relecture. Puis ce fut la remontée de ce travail de groupe en Assemblée à la salle Ste Madeleine. En fin de journée, l'Eucharistie nous rassemblait à la grande Chapelle.

Le samedi 10 Septembre, après la prière bien préparée des Laudes, Micheline Tenace nous donnait la première intervention sur : «  Par le baptême, nous sommes devenus enfants de Dieu qui participent de la vie divine de communion. Quels aspects de cette vie à découvrir. » (Synthèse ci-dessous)

Après une pause, Micheline nous donnait une deuxième intervention sur : «  Comment se manifeste la vie nouvelle accueillie dans le baptême? » (Synthèse ci-dessous) Un temps personnel, avant le repas, nous permettait d’approfondir ce riche apport spirituel. Puis nous nous retrouvions dans nos groupes respectifs, à partir de ces deux interventions pour demander des éclairages, questions auxquels Micheline y répondit. L'Eucharistie nous rassemblait avec chants, musique et homélie pour nous aider.

En soirée, nous avons beaucoup apprécié la projection du film «  Marie Heurtin » (un film biographique français qui raconte un fait réel sur une jeune fille sourde et aveugle de naissance Marie Heurtin à la fin du xixe siècle. Son incapacité à communiquer est considérée comme un signe de débilité. Ses parents la place dans un Institut où Soeur Marguerite va s'intéresser à son cas. Elle voit en Marie Heurtin une âme emprisonnée qui ne demande qu'à être libérée.) 

Le Dimanche 11 Septembre, après la prière des Laudes et le petit déjeuner, nous nous retrouvions à la salle Ste Madeleine pour une troisième intervention de Micheline Tenace sur : « Le combat spirituel dans la vie spirituelle, ses étapes, ses âges » Après un temps personnel, nous nous sommes retrouvées pour vivre l'Eucharistie. L'après-midi, Micheline illustrait son propos avec différentes œuvres d’art à l’aide d’un diaporama : La Ste Trinité, la Création, l'Incarnation, la Présentation de Jésus au Temple... Notre après-midi se termina par les Vêpres à la grande Chapelle.

Un repas festif conclut ces journées riches, profondes, pouvant nous permettre de les reprendre et d'en vivre.

Nous disons «  Merci » à Micheline Tenace pour ses exposés clairs et compréhensibles pour toutes. Cela nous aidera à vivre toujours mieux notre vie de religieuses consacrées.

Sr Marie Thérèse ALEXANDRE 

* * *

Quelques points importants des deux premières interventions de Micheline Tenace.

Par le Baptême, nous sommes devenus enfants de Dieu qui participent de la vie divine de communion. Quelques aspects de cette vie à redécouvrir. 

La vie chrétienne a toujours été comprise et présentée à partir du baptême qui en exprime sa vérité et sa nouveauté dans le monde.

Dans le baptême on renonce à la vie du vieil Adam,  on renonce au mal, à Satanet on entredans la vie du Christ mort et ressuscité, on est revêtu d’un vêtement blanc qui rappelle la gloire de la création. Nous sommes revêtus du Christ que nous manifestons et communiquons au monde.

Dans le baptême nous naissons à une vie nouvelle, nous sommes régénérés et cette nouvelle naissance crée un monde nouveau dans lequel habiter ensemble. Naître à la vie divine par un sacrement divin dans une communauté de Fils de Dieu, dans l’Eglise. Et cela ne va pas sans notre participation car la vie nouvelle il faudra la faire grandir en disant un « oui » personnel et libre.

Un père de l’Eglise disait que toute créature est appelée à naître trois fois : dans le sein de sa mère, devenir créature humaine, puis naître de l’esclavage à la liberté c'est-à-dire de l’être homme à l’être fils de Dieu par la grâce du baptême, la troisième naissance c’est naître d’un monde corporel à un monde spirituel où l’on renonce à soi-même pour se conformer en tout à la vie du Christ en nous.

C’est de cette troisième naissance qu’il s’agit dans la « vocation » : nous disons « oui » à un don qui nous précède et nous anime déjà, on le « reconnaît » et par la réponse à l’appel on oriente toute la vie à faire grandir le don en s’engageant à choisir les moyens les plus conformes, dans ceux-ci est prévu le renoncement à sa propre volonté et l’obéissance à la nouvelle vocation.  

C’est par le baptême qu’on devient chrétien et la vie que nous disons « consacrée » ne fera que révéler le sens et la puissance du baptême par les moyens que chaque Communauté propose à ses membres. Vivre la radicalité du baptême est pour tous, choisir la radicalité des  moyens est pour ceux qui y sont appelés, ce que le consacré a de plus exigent c’est d’être « image visible », être phare.

C’est pour porter des fruits de communion que nous sommes consacrés et cela va se réaliser dans une Communauté précise avec des personnes précises. C’est l’expérience d’avoir accueilli et goûté à l’esprit de communion en Dieu qui nous pousse à vivre dans une communauté.

Sr Nadine Tenace

* * *

Comment se manifeste la Vie nouvelle accueillie dans le Baptême ?  

Ce qui se manifeste c’est le don de Dieu et ce don c’est l’Esprit Saint qui nous est donné pour vivre de Dieu. Jésus nous en a donné une description en lui-même mais aussi en proclamant la joie et le bonheur dans les Béatitudes.

Elles nous décrivent le don reçu :

  • Avoir le règne de Dieu : de fait il est en nous.
  • Avoir reçu la terre en partage : de fait tout nous appartient.
  • Etre consolés : de fait nous avons accueilli la joie de l’Esprit.
  • Rassasiés, nous le sommes car notre nourriture est le corps du Vivant

Bref dans le Royaume de Dieu, nous y sommes et nous n’appartenons plus à aucun autre royaume. 

Appelés à vivre en fils nous avons à manifester le don reçu :

  • Si la richesse du règne de Dieu est en nous, le reste ne peut nous encombrer, nous en sommes libres et pauvres.
  • Si nous sommes dans la consolation, nous pouvons pleurer parce que l’amour n’est pas aimé.
  • Si nous voyons Dieu, notre cœur se purifie.
  • Si nous sommes fils de Dieu, nous faisons œuvre de Paix car tous les hommes sont nos frères  etc.

Ainsi on comprend mieux pourquoi la tradition chrétienne développe un autre aspect des béatitudes : le don est donné, manifesté, il est aussi gardé. La garde du cœur est en réalité la garde du don, le combat spirituel est le lieu de l’engagement du baptisé qui fait grandir le don.

La pureté du cœur va se manifester dans un style de vie, dans une spiritualité de la garde du cœur ou du combat spirituel. La vie spirituelle va nous aider à grandir dans la charité et le combat spirituel va nous aider à enlever de notre cœur ce qui l’empêche d’aimer. Il va être au service de l’amour : contre les passions, les virus qui empêchent le système de fonctionner et qui communiquent le mauvais fonctionnement aux autres.

Pour conclure donnons la parole à Grégoire de Nysse : en quoi consiste donc la perfection ? Se détacher de la vie de péché mais non par peur d’être puni, ni pour faire du bien en espérant une récompense…La perfection c’est quand on n’est plus attaché aux biens que contient la promesse, on ne considère bonheur ou malheur que ce qui concerne l’amitié avec Dieu. Ce qu’on juge l’honneur plus grand c’est devenir ami de Dieu. (Vie de Moïse, Grégoire de Nysse).

Sr Marie Dominique THIEBLEMONT

 

 


Vous aimerez aussi...