Notre Dame de Bon Secours

Animation Temps Spirituel RCF du 27/02 au 4/03/2017 | Notre Dame de Bon Secours

Actu / Infos

Animation Temps Spirituel RCF du 27/02 au 4/03/2017
Retour

Animation Temps Spirituel RCF du 27/02 au 4/03/2017

Animation Temps Spirituel RCF du 27/02 au 4/03/2017

Animation du temps spirituel sur RCF Aube-Haute Marne du 27 février au 4 mars 2017

* * *

Lundi 27 février 2017, 8ème Semaine du Temps Ordinaire de la férie

Évangile (Mc 10, 17-27)

 En ce temps-là, Jésus se mettait en route quand un homme accourut et, tombant à ses genoux, lui demanda : « Bon Maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ? » Jésus lui dit : « Pourquoi dire que je suis bon ? Personne n’est bon, sinon Dieu seul. Tu connais les commandements : Ne commets pas de meurtre, ne commets pas d’adultère, ne commets pas de vol, ne porte pas de faux témoignage, ne fais de tort à personne, honore ton père et ta mère. » L’homme répondit : « Maître, tout cela, je l’ai observé depuis ma jeunesse. » Jésus posa son regard sur lui, et il l’aima. Il lui dit : « Une seule chose te manque : va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres ; alors tu auras un trésor au ciel. Puis viens, suis-moi. » Mais lui, à ces mots, devint sombre et s’en alla tout triste, car il avait de grands biens. Alors Jésus regarda autour de lui et dit à ses disciples : « Comme il sera difficile à ceux qui possèdent des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu ! » Les disciples étaient stupéfaits de ces paroles. Jésus reprenant la parole leur dit : « Mes enfants, comme il est difficile d’entrer dans le royaume de Dieu ! Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. » De plus en plus déconcertés, les disciples se demandaient entre eux : « Mais alors, qui peut être sauvé ? » Jésus les regarde et dit : « Pour les hommes, c’est impossible, mais pas pour Dieu ; car tout est possible à Dieu. »  

Commentaire :

Jésus pose son regard sur lui et il l’aima… Que de regards nous découvrent qui est Jésus… et nous remettent en question ! C’est un regard pénétrant vis-à-vis de ce jeune homme riche… regard qui scrute mais qui respecte… qui invite mais ne force pas. Jésus est un être libre et il laisse à chaque être humain la liberté dans ses choix. Les regards de Jésus nous invitent à des changements dans notre vie… mais Jésus connait nos faiblesses, Lui qui est l’Amour et plein de miséricorde. 

Sr Marie-Gérard

* * *

Mardi 28 février 2017, 8ème Semaine du Temps Ordinaire de la férie

Évangile (Mc 10, 28-31)

 En ce temps-là, Pierre se mit à dire à Jésus : « Voici que nous avons tout quitté pour te suivre. » Jésus déclara : « Amen, je vous le dis : nul n’aura quitté, à cause de moi et de l’Évangile, une maison, des frères, des sœurs, une mère, un père, des enfants ou une terre sans qu’il reçoive, en ce temps déjà, le centuple : maisons, frères, sœurs, mères, enfants et terres, avec des persécutions, et, dans le monde à venir, la vie éternelle. Beaucoup de premiers seront derniers, et les derniers seront les premiers. »

 Commentaire 

Nous ne sommes pas appelés une fois à suivre le Christ, Il nous appelle tout au long de notre vie. En premier à notre baptême, mais plus tard aussi, que nous obéissions ou non à sa voix, Il nous appelle encore en sa miséricorde. Si nous manquons à nos promesses baptismales, Il nous appelle à nous repentir. Si nous nous efforçons de répondre à notre vocation, Il nous appelle toujours plus en avant, de grâce en grâce, de sainteté en sainteté. Abraham a été appelé à quitter son pays et, les apôtres, comme nous, ont été appelés à quitter leur travail et leur famille pour suivre le Christ. Nous sommes lents à croire que le Christ marche à nos côtés. De son regard Il nous appelle à le suivre, Il nous appelle en ce moment même, sachons lui répondre. 

Sr Catherine

* * *

Mercredi 1er mars 2017,  Mercredi des Cendres

Évangile (Mt 6, 1-6.16-18)

 En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra. » 

Commentaire :

A partir de cet Evangile, Jésus nous montre qui est le Père à travers les trois orientations décrites : l’aumône, la prière et le jeûne. Le Père, dans son amour, ne cesse de nous donner tout ce qui nous entoure : la vie, la nature dans sa beauté, les fruits de la terre, sa présence dans tous les petits gestes découverts chez les êtres qui nous entourent. Le Père, dans son amour, nous donne la louange, qui se transforme en action de grâces, et nous fait Le découvrir tout au long de nos journées afin de louer. Le Père, dans son amour, nous prend tels que nous sommes avec nos faiblesses, nos ingratitudes, dans sa Patience et sa Bonté. Jésus, Lui l’image du Père, est venu sur nos routes, il a enseigné et, par sa vie, a vécu ce qu’il a enseigné afin de nous faire cheminer vers la sainteté si notre cœur se laisse transformer.

Sr Marie-Thérèse

* * *

Jeudi 2 mars 2017,  Jeudi après les cendres

Évangile (Lc 9, 22-25)

 En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. » Il leur disait à tous : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera. Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s’il se perd ou se ruine lui-même ? »

Commentaire :

Quelle page d’Evangile exigeante ! « Il faut », c’est la nécessité absolue pour arriver à ce passage obligatoire : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, et de qui ? De ses frères : « les grands prêtres, les scribes et nous » et qu’il soit rejeté, tué. Mais pourquoi ? Pour ressusciter.  Mot incompréhensible pour nous, ressuscité !  L’évangéliste ajoute les paroles du Christ : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive. » Pas de vacances, l’exigence prend toute la vie, les bons moments et les moins bons pour suivre Jésus. Heureusement, Jésus est Homme-Dieu, il connaît nos faiblesses, notre nature mais il connaît aussi nos intentions, la direction que nous voulons prendre et il nous entraîne chaque jour, c’est lui le premier qui ouvre la marche. Alors ne le quittons pas et restons attachés à ses pas ! C’est lui le premier de cordée, il est allé jusqu’au bout, il a déjà atteint le but pour nous : la Croix et la Résurrection. Il nous donne la nourriture et la force pour aller jusqu’au bout. Allons jusqu’au bout, seuls nous ne pouvons pas, Seigneur viens à notre aide ! 

Sr Marguerite

* * *

Vendredi 3 mars 2017,  Vendredi après les cendres

Évangile (Mt 9, 14-15)

 En ce temps-là, les disciples de Jean le Baptiste s’approchèrent de Jésus en disant : « Pourquoi, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons, tes disciples ne jeûnent-ils pas ? » Jésus leur répondit : « Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil pendant le temps où l’Époux est avec eux ? Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront. »

Commentaire 

« Pourquoi tes disciples ne jeûnent-ils pas ? » Jésus se révèle comme l’époux qui est là, présent à son épouse. Qui est son épouse ? Elle est le peuple d’Israël en premier et aujourd’hui elle est l’Eglise et elle sera, un jour, toute l’humanité. Dans l’Ancien Testament il est souvent question d’épousailles pour exprimer le lien de Dieu avec son peuple, le lien ou l’Alliance, des termes utilisés pour les relations nuptiales, les noces… Alors personne ne jeûne au temps des noces, c’est le moment de la fête, de la joie.

Aujourd’hui, l’Epoux de l’Eglise, de l’humanité est là, par son Esprit qui habite en nous… Si nous jeûnons, faisons-le à cause de notre péché, parce que nous ne vivons pas de Lui en laissant nos frères dans la misère sans leur ouvrir notre cœur…Jeûnons pour vivre davantage en frères…  

Sr Marie Dominique

* * *

Samedi 4 mars 2017,  Samedi après les cendres 

Voulons-nous être sauvés? 

Lc 5, 27-32

En ce temps-là, Jésus sortit et remarqua un publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts) du nom de Lévi assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » Abandonnant tout, l’homme se leva ; et il le suivait. Lévi donna pour Jésus une grande réception dans sa maison ; il y avait là une foule nombreuse de publicains et d’autres gens attablés avec eux. Les pharisiens et les scribes de leur parti récriminaient en disant à ses disciples : « Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et les pécheurs ? » Jésus leur répondit : « Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs, pour qu’ils se convertissent. »

Commentaire:

Jésus sortit et remarqua Lévi. Cet homme mis à l’écart par son peuple, rejeté au motif qu’il travaille pour l’occupant et escroque ses semblables. Jésus sort de ces jugements, dépasse cette loi qui condamne et se met à la recherche de celui qui est enfermé dans son péché. Il est attentif à celui qu’on ne voit pas ou qu’on ne veut pas voir. Il remarque celui que les hommes ont caché. Il l’appelle à passer de l’ombre à la lumière, à le suivre. Et il semble que Lévi est prêt à suivre Jésus, à tout abandonner pour saisir cette main tendue qui appelle à  la liberté, qui appelle à affronter le regard inquisiteur de ses semblables qui se prennent pour des justes. Oui Lévi ose renoncer au confort de l’ombre protectrice des tourments de la société. Jésus l’emmène avec lui non pas loin de son peuple mais parmi eux, au milieu d’eux dans sa maison. C’est là précisément que Lévi sera sauvé et qu’il se convertira. Au milieu des siens. Sous son toit.

Aujourd’hui, la parole nous invite à nous laisser regarder par le Christ qui veut nous déplacer, nous faire sortir de nos retranchements, restaurer notre liberté et nous redonner une place parmi les frères et sœurs en humanité. Jésus n’appelle pas à fuir le monde, au contraire, il appelle à l’habiter, à y prendre part. C’est ainsi que notre salut s’opérera en Christ. Voulons-nous être sauvés ?  

Sr Aurélie

* * *

 

* * *


Vous aimerez aussi...